lundi 13 février 2017

L’Année internationale des légumineuses s’achève en appelant à poursuivre les efforts dans cette voie


L'Année internationale des légumineuses (AIL) a contribué à sensibiliser le monde sur les multiples bienfaits des légumineuses et a favorisé le partage d'expériences ainsi que les partenariats, mais davantage doit être fait afin de réaliser les Objectifs de développement durable fixés par la communauté internationale. Tel était le message de la cérémonie de clôture de l'Année internationale des légumineuses, qui s'est déroulée au Burkina Faso, en présence de membres de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).


«Il est essentiel de poursuivre les efforts dans cette voie», a déclaré aujourd'hui Mme Maria-Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, lors de la cérémonie. « Il est important de soutenir des formations qui mettront en valeur les légumineuses et qui s'adresseront en particulier aux écoliers, aux agriculteurs et aux conseillers agricoles. Les politiques et les programmes devraient davantage se focaliser sur les producteurs de légumineuses, en particulier les petits exploitants agricoles et les jeunes », a-t-elle ajouté.
M. Roch Marc Christian Kaboré, President du Burkina Faso a déclaré que : « Pour mieux faire face au triple problème de la gestion de la fertilité des sols, la réduction des effets néfastes du changement climatique et la problématique de la sécurité alimentaire, la production et la consommation des légumineuses  constituent une belle opportunité, surtout pour les couches les plus vulnérables. »

Par définition, les légumineuses sont les graines sèches et comestibles des plantes qui appartiennent à la famille des légumes. Elles sont remplies de minéraux tels que le fer, le zinc et le folate. De l'houmous au falafel, en passant par le dahl et les haricots cuits, les légumineuses font partie depuis des siècles de nombreux régimes alimentaires à travers le monde.

Rester à l'écoute

L'Année internationale des légumineuses a été lancée en novembre 2015, avec le slogan « Des graines pour nourrir l'avenir» et l'Assemblée générale de l'ONU a chargé la FAO de diriger sa mise en œuvre. Depuis, il a été question d'encourager les connexions entre acteurs clés, par exemple entre organisations d'agriculteurs et secteur privé, afin de faciliter le partage d'informations et le dialogue politique sur la production, le commerce et la consommation de légumineuses.
Des experts en politique et en recherche ont résolu des problèmes majeurs liés aux légumineuses lors de forums internationaux et des comités nationaux ont été établis. Une base de données technique sur les légumineuses a été créée, un livre de cuisine rassemblant les recettes de chefs internationaux a été publié et le site officiel multilingue de l'AIL, avec plus d'un demi-million de visites, a contribué à promouvoir un large éventail d'informations sur les légumineuses.

Aujourd'hui, lors de la cérémonie, les six Ambassadeurs spéciaux de l'AIL, représentés par leur chef de file, le cuisinier égyptien Magy Habib, ont été remerciés pour leur dévotion et les précieux services rendus.

Des légumineuses super puissantes pour contribuer à l'éradication de la faim

Les légumineuses sont un élément précieux en vue de réaliser l'Objectif de développement durable n2 visant à mettre un terme à la faim, à atteindre la sécurité alimentaire, à améliorer la nutrition et à promouvoir une agriculture durable.

Les plantes permettent de s'adapter au changement climatique et d'en atténuer les effets. Elles y contribuent grâce à leur grande quantité de nitrogène dans le sol, tout en requérant peu d'engrais. Cultiver des légumineuses avec d'autres cultures contribue à améliorer la fertilité des sols, les rendements des cultures et à créer un système alimentaire plus durable.

De plus, les légumineuses ont une empreinte aquatique très faible par rapport aux autres sources de protéines. Elles peuvent  être cultivées dans des sols très pauvres et aider à réduire le risque d'érosion et d'épuisement des sols. Pour les agriculteurs à faibles revenus, cultiver des légumineuses contribue à la stabilisation de leurs moyens d'existence, à leur assurer un revenu supplémentaire et à améliorer leur nutrition.

Une production en hausse

De manière générale, la production mondiale de légumineuses a lentement mais constamment augmenté. En 2014, la production mondiale a atteint les 77 millions de tonnes, en hausse de 21 millions de tonnes depuis 2001.

Au Burkina Faso, où les légumineuses sont généralement cultivées par les femmes rurales, la production est également en hausse. Selon le gouvernement, 700 000 tonnes de niébé et 56 000 tonnes de pois de bambara (ou voandzou) seront produits cette année, soit 20 pour cent de plus que l'année dernière.

Bien que l'Année internationale des légumineuses soit officiellement terminée, plusieurs voix se sont élevées pour poursuivre cette dynamique et continuer les activités entreprises après 2016. La FAO continuera donc de travailler avec les principaux protagonistes, tels que les gouvernements ou encore les agriculteurs familiaux, afin de défendre les légumineuses, qui malgré leur petite taille se révèlent être de puissantes alliées en vue de réaliser les Objectifs de développement durable.


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire